Plus size

Mode - morpho, Courbe - Voluptueuse, Plus size

Si si, votre séance d’essayage de maillot de bain peut être un bon moment!

Miraclesuit Wavy Navy Maillot de bain gainant

L’été approche. A petits pas, mais il approche. Vous partez au soleil et à la mer en juillet/août, ou vous souhaitez tout simplement bronzer sur votre balcon : bref, il vous faut un maillot de bain ! Et vous redoutez déjà la séance d’essayage qui va s’imposer… Pas de panique ! Cette année, n’ayez plus peur de l’épreuve du maillot et surmontez-la sereinement suivant ces quelques conseils d’une ancienne vendeuse en lingerie.

Avec le beau temps qui s’installe timidement, vous avez enfin envie de penser aux vacances et de vous faire plaisir en choisissant un maillot de bain pour cet été. Ça tombe bien : les marques ont sorti la quasi-totalité de leur collection et les magasins ont de nombreux maillots en stock. J’ai tenu une boutique de lingerie pendant trois ans et je guettais souvent mes premières clientes « maillot » : celles qui, dès Mars, se projettent dans leurs vacances à venir et veulent savoir les tendances de l’année. Celles aussi qui partent au soleil au printemps et qui sont prêtes à trouver leur maillot dès Avril. De ce que j’ai pu observer, la plupart des femmes attendent cependant le mois de Juin pour penser à la plage et à leur tenue de bain. Une-pièce, deux-pièces, bustier, gainant, taille haute… Pas facile de savoir ce que l’on veut et surtout ce qui nous va !

D’ailleurs personnellement, je craque pour les maillots de bain une pièce et gainants de la marque Miraclesuit. Ils s’adaptent à toutes les morphologies de femmes. Ils couvrent les tailles 36 à 56 et les bonnets B à J, et en plus ils cachent les petits ventres et subliment vos courbes !

Barcelona Maillot de bain gainant Miraclesuit
Maillot de bain une pièce bustier Barcelona – Miraclesuit

L’essayage du maillot de bain en boutique de lingerie

Elle pousse la porte, timidement, presque gênée. Elle fait le tour des rayons maillot de bain en soupirant légèrement. Elle tend la main, hésitante, vers un modèle rouge, puis la laisse retomber, pleine de doute. Elle regarde les étiquettes de taille, un peu perdue. Puis ma cliente finit par se tourner vers moi, la vendeuse, le visage un peu fermé : « C’est pour un maillot de bain… »

A l’inverse, elle entre d’un pas conquérant, elle parle fort, elle tient la tête haute. Elle choisit plusieurs modèles de maillot à emporter en cabine pour les essayer. Rien ne lui fait peur : imprimés, couleurs vives, forme bandeau. Elle me lance un sourire lumineux en demandant sans l’ombre d’un doute : « Je voudrais ma taille dans ces modèles-ci, s’il vous plaît ! »

Penser aux vacances: faire appel à son imagination pour choisir son maillot!

Il y a des jours où l’on se sent plus ou moins jolie, positive, bienveillante envers son corps. On se retrouve presque nue sous la lumière souvent peu flatteuse d’une cabine d’essayage trop étroite, à la fin de sa journée de travail, l’œil fatigué et le cheveu plat. Pas toujours facile de trouver l’imagination nécessaire pour s’imaginer les pieds dans le sable au milieu des embruns, la crinière au vent, lunettes de soleil sur le nez, parfum de crème solaire et sensation du soleil sur notre peau. Vous pouvez vous mettre en condition dans les heures précédant l’essayage : regardez des photos de l’endroit où vous allez partir, sortir votre chaise longue sur votre terrasse si vous comptez simplement profiter du soleil chez vous, ressortez votre paire de lunettes et votre chapeau de paille, votre serviette de bain et vos tongs de couleur. Bref, pensez aux vacances, pour retrouver l’état d’esprit positif et détendu qui les caractérise et vous mettre en condition pour trouver le maillot de vos rêves.

N’ayez pas peur de tout essayer, vous aurez peut-être des surprises!

J’ai toujours envisagé mon rôle de conseillère en lingerie comme un accompagnement : mettre ma cliente dans la meilleure position possible qu’elle fasse le meilleur achat possible. L’accueillir quand elle pousse la porte, lui proposer mon aide sans insister, l’aider à choisir ou la renseigner sur les tailles si besoin. A la différence de l’achat de lingerie, on m’a souvent posé cette question pour les maillots : « je cherche un modèle qui me va ». Le maillot est public : on va souvent le porter devant d’autres gens, à la piscine, à la plage. Comme une robe ou un pantalon, on cherche donc la coupe la plus adaptée à sa silhouette.

Mon conseil à ce sujet est très simple : essayez! Essayez tous les modèles dans lesquels votre taille est disponible. Essayez cette culotte taille basse (ou taille haute !) que vous n’avez encore jamais osée, ce haut forme bandeau que vous avez toujours rêvé de porter, et même ce magnifique une-pièce qui vous évoque les stars hollywoodiennes. Ne vous refusez rien à l’avance ! On peut avoir de belles surprises, voire des révélations. Je ne compte plus le nombre de maillots une-pièce que j’ai vendus à des clientes enthousiastes qui les avaient jugés « trop classiques » sur le cintre. L’important, c’est de ne pas se mettre de limites, et de ne pas avoir d’idées préconçues. A l’inverse, j’ai rencontré pas mal de déçues de la taille haute, qui adoraient l’idée sur le papier mais qui ont finalement choisi une forme de culotte plus basse, dans laquelle elles se sentaient mieux.

Idem pour les imprimés ou les couleurs : ce rose fluo a sûrement l’air étrange dans cette petite boutique de centre-ville, mais il sera de toute beauté sur la plage espagnole cet été ! On est souvent attiré par certaines couleurs, par habitude ou parce qu’on est convaincu qu’elles nous vont. Et puis, en les portant sur soi, révélation ! On adore cet imprimé aztèque qui nous paraissait bien trop chargé sur le mannequin. Bref, amusez-vous, lâchez-vous, ne vous mettez pas trop de pression : c’est juste un maillot de bain !

Faîtes la paix avec votre corps dans le miroir – soyez body positive !

Quand à votre corps devant vous dans le miroir de la cabine, c’est le moment de faire la paix. Un maillot de bain vous va de deux manières : objectivement et subjectivement. C’est à la conseillère de vente de remplir la première partie de la mission. Elle doit vous conseiller la bonne taille de soutien-gorge ou de culotte, elle doit régler les bretelles du haut de bikini, vous montrer comment ajuster la culotte plissée sur vos hanches, vous expliquer en quoi ce maillot gainant change votre silhouette. Une bonne vendeuse sera pédagogue et surtout prendra son temps : n’hésitez pas à essayer deux tailles différentes si vous n’êtes pas sûre, ou à essayer à nouveau un modèle. Une fois tous ces critères objectifs remplis, miracle : le maillot vous va ! Il est adapté à votre taille, votre poitrine et votre silhouette. Arrive maintenant la partie subjective, qui ne dépend que de vous.

Pas facile de s’aimer en maillot, car on est presque nue, et en public. Et pourtant : cet été, vous serez à la plage ou à la piscine, et vous serez en maillot. Mais vous serez aussi en train de jouer avec vos enfants, de manger une glace, de faire des longueurs, de lire un bon roman sous le parasol, de marcher dans les vagues avec votre amoureux/amoureuse ou de partir à la pêche aux crabes. Le maillot est juste un moyen de profiter d’un instant, d’un lieu, des vacances. Votre corps ne vous définit pas. Vous ne pouvez pas empêcher les gens de penser ou de juger, mais vous pouvez essayer, vous, de ne pas vous juger vous-même. De vous montrer bienveillante. Et de profiter de l’instant, de ne pas gâcher une seconde en pensant à vos complexes. Plus facile à dire qu’à faire bien sûr – et pourtant c’est si bon de lâcher prise !

Comment obtenir un « beach ready body » – comment préparer son corps pour la plage?

Suite à une publicité assez agressive qui demandait aux usagers du métro londonien si « leur corps était prêt pour la plage », plusieurs marques ont rétorqué en reprenant les codes couleur de l’affiche originelle. Et ça fait du bien!

wpid-beachbody corps prêt pour la plage

corps prêt pour la plage

corps prêt pour la plage

« Comment préparer votre corps pour la plage ?

Etape 1 : enfilez votre maillot.

Etape 2 : et voilà ! Votre corps est prêt pour la plage!

corps prêt pour la plage

corps prêt pour la plage

beach-body-ready-stylist3

Signature Constance

Mode - morpho, Courbe - Voluptueuse, Plus size

Le maillot une-pièce, la star de l’été!

maillot de bain ashley graham

Je vous l’accorde, l’été n’a pas encore pointé le bout de son nez, en tous cas en France métropolitaine. Mais les célébrités, elles, sont déjà sur le pont ! Et la tendance amorcée depuis plusieurs années se confirme : le maillot une pièce, c’est furieusement à la mode… Collections capsules créées par des blogueuses ou des mannequins grande taille, maillots gainants pour galber la silhouette, imprimés qui donnent du peps : voici un tour d’horizon des tendances pour les plus dodues d’entre nous, sublimement portées !

La bombe Ashley Graham en maillot une-pièce très sexy!

maillot de bain ashley graham

Corps de rêve et photos extrêmement sexy : en ce moment, la mannequin grande Ashley Graham est partout ! Après avoir affolé la planète en faisant la couverture très hot du magazine américain Sport Illustrated, elle multiplie les apparitions en déclenchant toujours les réactions. Bientôt dans un clip du jeune chanteur Joe Jonas, elle a aussi lancé sa propre collection capsule de maillots de bain cette année. Parmi les une-pièces, rien de classique, que du sexy : jolis drapés, empiècements transparents et bien sûr découpes sur les hanches… Le deuxième maillot est d’ailleurs dans le même esprit que le modèle Jena de notre marque Miraclesuit, qui dénude une épaule et même un peu plus par jeu de transparence !

Jena Miraclesuit maillot de bain gainant

Le maillot de sport façon Beyonce

On continue avec la Queen Be : Beyonce a lancé sa marque de vêtements de sport appelée Ivy Park. Des lignes modernes et féminines, des matières agréables… On est fan de ce joli maillot sportif une-pièce bien échancré sur les hanches. Seul bémol : la marque ne va que jusqu’au XL (44 français environ).

Ivy Park Beyonce maillot de bain

Clémentine Desseaux sublime en maillot
Tiens, une Frenchie ! La belle Clémentine Desseaux, mannequin grande taille française, est canon dans ce maillot tout simple d’une belle couleur mauve.

clementine-desseaux maillot de bain une pièce grande taille
Le phénomène Gabifresh pour les maillots de bain grande taille
Gabifresh est une blogueuse plus-size américaine qui a déjà créé plusieurs collections capsules de maillots de bain pour le revendeur américain Swimsuitsforall. Cette année, on flash particulièrement sur ce modèle ! Il ne plaira pas à tout le monde mais ça fait tellement du bien de voir des modèles pareils être enfin créés en grande taille… Nous aussi, on a envie d’être sexy ! Et là, entre les lanières, les découpes et l’effet harnais, on est servi…

Gabifresh maillot de bain grande taille
Voici un autre modèle créé par Gabi : un autre style, plus frais et plus végétal, qui rappelle à la fois la jungle et la Floride !

Gabifresh maillot grande taille deux
Mindy Kaling en maillot pour sa propre marque

L’actrice américaine Mindy Kaling a posté cette photo sur son Instagram pour dévoiler un maillot qu’elle a co-crée cette année : un une pièce très psychédélique et à découpes (l’une des grandes tendances 2016). On aime ce côté néo-hippie qui fleure bon les plages indiennes de Goa…

Mindy Kaling maillot

L’incontournable icône mode Tess Holiday en maillot de bain une-pièce!

On termine ce tour d’horizon des people bien en chair avec la fabuleuse Tess Holliday. Cette icône plus size, qui travaille pour la prestigieuse agence de mannequinat Milk et qui promet la body-positivité, est très active sur les réseaux sociaux.

Tess Holliday maillot de bain une pièce

Voici une photo tirée de son Instagram où elle prend une photo au naturel dans un sublime maillot drapé qui nous rappelle le modèle Sanibel de Miraclesuit en imprimé Deep End… Des teintes de fonds marins pour une silhouette de sirène !

Sanibel ocean maillot miraclesuit

Signature Constance

Mode - morpho, Courbe - Voluptueuse, Plus size

Du corset à la gaine : histoire de la silhouette et de la condition féminine

evolution-corset

Du corset à la gaine, je vous propose une rétrospective sur la silhouette féminine et ses sous-vêtements. Il ne s’agit pas ici d’énumérer les différents corsets ni d’établir une liste des différentes pièces qui ont composé la lingerie féminine au fil des siècles mais bien de se plonger dans la corrélation passionnante entre la lingerie féminine et la place de la femme dans la société. Car en effet, l’histoire de la silhouette est très révélatrice de la place et de la position de la femme.

Rétrospective sur la manière dont les femmes ont affiné leurs silhouettes et se sont peu à peu émancipées !

Le premier corset : une armure contraignante et imposante

La naissance du corset à la Renaissance

Si dans la Grèce antique et la Rome antique, les femmes se servaient de larges rubans pour aplatir leur poitrine car la mode était à l’androgynie dans ces sociétés patriarcales, le sous-vêtement féminin ne fait réellement son apparition qu’à partir de la Renaissance.

Femmes en bikini, Villa Romana del Casale

De fait, le corset à proprement parler, baleiné et réduisant la taille fait son apparition aux alentours de 1450 à la Cour d’Espagne avant de se propager rapidement dans l’ensemble des Cours d’Europe.

le bal des noces du Duc de Joyeuse

Détail du tableau Le bal des noces du Duc de Joyeuse, 1581, Cour de France

Le corset : un symbole de droiture et un signe d’appartenance à une classe sociale

Le corset modèle d’abord le corps de la noblesse qui l’adopte en lui assignant tout un éventail de significations rigoristes. Le corset est en effet supposé signifier la droiture, la fermeté d’âme et de mœurs. Issu de l’univers masculin et militaire, le corset est perçu comme une armure physique et morale.

corset armure

Ce sous-vêtement permet aussi aux femmes de la haute société de se distinguer du peuple. Il est un signe d’appartenance aux élites et donc un signe de pouvoir et de fortune. La mode sera imitée dans les milieux bourgeois mais il faudra néanmoins attendre le XVIIIe siècle pour qu’une réelle banalisation de ce sous-vêtement.

Les premiers corsets : des instruments de torture

les_contraintes_du_corset

Le corset rend la silhouette conique avec une pointe basse à la taille et une poitrine aplatie. Il est fréquemment appelé corps à baleines. Sa forme conique et étriquée, ce qui comprime fortement les côtes flottantes (basses) et ses bretelles projetant les épaules en arrière, rapprochent les omoplates donnant un dos très étroit ainsi qu’un port de tête altier. Il est sans aucun doute le type de corset la plus contraignant à avoir jamais été porté.

Les évolutions des sous-vêtements répondent aux évolutions des standards de beauté

La femme plantureuse du siècle des Lumières

Le rigorisme qui avait influencé le corset semble bien loin à mesure que passe les années et que ce vêtement se transforme en outil pour modeler la silhouette, la rendre plus belle et plus désirable.

Avec le siècle des Lumières, l’heure est à la fantaisie et le corset s’orne de paniers qui confèrent à la silhouette une largeur particulièrement impressionnante. Ce type de corset confère à la silhouette une forme extrêmement différente de ce que sera au siècle suivant la crinoline, bien que leur but soit identique, celui d’accentuer les courbes féminines naturelles en élargissant visuellement les hanches afin d’affiner la taille.

corset-chemise-pocket-hoops

MA Vigee Le Brun     La Reine Marie-Antoinette en grand costume de cour,

une rose à la main par Elisabeth Louise VIGEE-LE BRUN

Une silhouette qui renoue avec la simplicité pendant la Révolution et de l’Empire

La ligne redevient plus verticale avec l’époque révolutionnaire puis sous l’Empire. Le faste de l’ancien régime est fini. La toilette des grandes de ce monde se doit de ressembler davantage à celle des femmes modestes, au moins en ce qui concerne la silhouette.

corsets empire  appiani_portrait_josephine2-e1403811107274

Portrait de l’Impératrice Joséphine, Reine d’Italie, 1807 par Andrea Appiani

La fin du XIXème siècle : le baroud d’honneur du corset

Avant de tomber définitivement dans l’oubli, le corset monopolise le devant de la scène. Il est désormais moins cher à la fabrication et se vend par correspondance ou dans les grands magasins qui n’en finissent plus d’imprimer leurs différents modèles sur de magnifiques catalogues.

catalogue_galerie_lafayette_1907

Catalogues du Bon Marché et des Galeries Lafayette

Plusieurs formes coexistent avant que la silhouette sablier ne s’impose à grand renfort de publicité. Les impressionnistes peignent avec délectation cette nouvelle silhouette si maniérée et sophistiquée.

Silhouette

Le corset entre dans la légende avec le tour de taille légendaire et affolant de l’impératrice Élisabeth d’Autriche plus connus sous le nom de Sissi.

Sissi

L’impératrice Elisabeth d’Autriche

Le XXème siècle marque la libération du corps féminin

La révolution de 1920 : le corset s’efface

Le corset évolue vers la gaine. La taille se fait de moins en moins marquée tandis que hanches et cuisses sont écrasées pour se conformer au fameux look garçonne.

look garconne

Les années 20 et 30 sont aussi l’époque des sous-vêtements fluides qui laissent le corps totalement libre de ses mouvements !

vintage1920slingerie_6 

L’avènement de la gaine

Les années 50 et le new look qui fait la part belle à la taille de guêpe remet au goût du jour le vêtement remodelant. Mais le corset est définitivement écarté au profit de la gaine plus pratique, plus confortable et moins entravante.

funny-face-1956-006-audrey-hepburn-in-yellow-dress-1000x750-1

Audrey Hepburn dans Drôle de Frimousse (1957)

SCANDALE-GAINE-LINGERIE-DE-1937- - copie

Vers toujours plus de liberté

Aujourd’hui, le vêtement gainant reste un allié lorsque l’on souhaite redessiner sa silhouette ou l’on a quelques rondeurs à camoufler après une grossesse ou bien encore pour être sublime dans une robe près du corps. Le sous-vêtement gainant n’est plus subi mais choisi. Il vient en complément d’un choix titanesque de sous-vêtements.

Nous, on l’aime parce qu’il est pratique et confortable, parce qu’il permet de corriger un petit défaut ou de redessiner totalement la silhouette et surtout parce qu’il nous rend belle et du coup booste notre confiance.

No GO miraclesuit-shapewear-extra-firm-control-torsette-long-leg--24410827 NO GO miraclesuit-shapewear-luxurious-lace-nude-waist-cincher-2732_2648349 NO GO r424493-p424537-front a6d8278b8a93a5e2445f9bb1a5b95112

Aujourd’hui, le vêtement est au service de la femme et non l’inverse.

Quelle chance nous avons de vivre à une époque où les (sous-)vêtements s’adaptent à toutes les morphologies et tous les goûts !

Mode - morpho, Courbe - Voluptueuse, Plus size

L’évolution des morphologies : souvent femme varie !

Evolution des morphologies femmes

Le corps des femmes a bien changé depuis un siècle. Et l’idéal de beauté aussi ! Sans que les deux soient forcément corrélés d’ailleurs. Une seule constante : les femmes se plient à la mode et ont pour cela recours à quelques artifices allant du maquillage aux vêtements et surtout aux sous-vêtements. À elles de composer avec leur physique ! Heureusement, aujourd’hui, ce qui semble surtout primer, c’est le bien-être : se sentir bien, se sentir belle, comme on est. Avec il est vrai, quelques astuces healthy et des sous-vêtements ultra-performants, on met en valeur ses atouts, on gomme ses petits défauts. L’objectif est simple : nous en mieux !
Retour sur l’évolution morphologique du corps de la femme depuis un siècle et aperçu en images des modifications de l’idéal féminin.

L’évolution morphologique en chiffres

Au cours des dernières décennies, le corps de la femme a connu de véritables bouleversements.

Une histoire de taille et… de poids

La femme a grossi et grandi. En 1954, elle mesurait en moyenne 157,5 cm de hauteur et pesait 61,68 kg. En 1970, elle mesurait 160,4 cm pour 60,6 kg. Aujourd’hui, la Française moyenne mesure 162, 5 cm pour 62, 8 kg. L’évolution semble donc plutôt harmonieuse.

La fin de la taille de guêpe

Les mensurations ont aussi subi un véritable bouleversement. Si la largeur des hanches reste quasi identique (99,1cm en 1954 contre 101,6 cm aujourd’hui), il n’en est pas de même pour le tour de taille qui s’est sacrément épaissi ! En 60 ans, c’est 18 cm qui se sont subrepticement glissés dans notre jupe pour passer d’un tour de taille de 68,6 cm en 1956 à 86,4 cm aujourd’hui.

XIX corset1900

grace kelly

1955

Kate Winslet2015

La palme aux pieds

Si les femmes chaussaient du 36 dans les années 50, la moyenne s’est fixée aujourd’hui au 39 ! 3 pointures de plus qui nous aident à supporter notre corpulence. Notre corps, plus grand et plus lourd a besoin d’appuis.

Brigitte BardotParis Hilton pieds

Les ballerines rouges de Brigitte Bardot sont en 37, les beiges et noires de Paris Hilton en 43.

 

L’évolution morphologique, les causes

Notre morphologie évolue, certes, mais pourquoi ? En cause, le manque d’exercice, le stress et l’alimentation. Dans les années 50, une femme consacrait 3 heures par jour aux tâches ménagères, se déplaçait souvent à pieds et ne restait pas assise face à son ordinateur 8 heures par jour comme beaucoup d’entre nous aujourd’hui. Le stress, le manque de sommeil et une alimentation souvent composée de plats préparés trop riches en sucre, en sel et en graisse expliquent aussi le phénomène.

 

L’évolution du corps de la femme : un changement de morphologie ET une histoire de l’idéal féminin

Impossible de parler d’évolution morphologique sans parler de l’évolution de l’idéal de beauté. Parce qu’il y a ce que l’on est et ce que l’on veut paraître. Le corps de la femme est un fait de nature mais aussi une construction sociale et historique. L’idéal de beauté évolue en même temps que la position de la femme dans la société, et les produits gainants suivent.

En effet, les modes changent mais les préoccupations des femmes restent identiques. Elle veulent se conformer à un idéal de beauté et optimiser leur silhouette.

1900 à 1930 : tout se joue à la taille ou quand le corset était encore porté

Entre la taille de guêpe préconisée dans les années 1900 et la silhouette androgyne qu’il fallait arborer dans les années 30, le décalage est impressionnant. Et, comme en témoigne le court laps de temps entre les deux périodes, Il n’y a pas d’adéquation entre l’évolution de la morphologie et l’évolution de l’idéal de beauté. Aux femmes donc de se débrouiller ! Pour cela, elles ont recours aux corsets.

1900 corsets catalogue

Le corset, catalogue des Galeries Lafayette au début du XXème siècle

En effet, l’idéal féminin en 1910 est une silhouette allongée, mince, très mince même, mais avec une poitrine généreuse et des hanches voluptueuses. Impossible donc à obtenir sans un corset qui soutenait la poitrine tout en affinant la taille. Le corset est en quelque sorte l’ancêtre du produit gainant. Très inconfortable, il gênait les femmes au point de provoquer des problèmes de transit et des problèmes respiratoires allant jusqu’à la perte de connaissance, il était également très entravant et nécessitait de l’aide pour l’enfiler. Ni pratique, ni confortable, les femmes le portaient pourtant pour ressembler à l’icône de la décennie : Camille Clifford.

Camille Cliford

Camille Clifford

Les années 20 et 30 voient le règne du masculin-féminin. Les femmes cherchent à s’imposer et militent pour une plus grande liberté qui passe aussi par la mode. La silhouette androgyne est de mise pour la femme qui se doit d’être grande (encore !) mais sans formes, ni hanches, ni poitrine, quitte à l’aplatir au moyen de soutien-gorges adaptés.

1930 catalogue lingerie

Sous-vêtements féminins tirés du Catalogue du Printemps 1930

L’icône ? Louise Brooks !

1925: Louise BrooksLouise Brooks

1940-1950 : la naissance des pin-ups

La guerre finie, l’idéal féminin est un corps qui respire la santé. Fini les privations. Glamour rime avec pulpeux. Les femmes prennent progressivement le pouvoir. Elles sont de plus en plus nombreuses à travailler et la silhouette mise sur le naturel. Elles enfilent leur lingerie ou leur maillot de bain seules, rapidement, et leurs sous-vêtements ne doivent en aucun cas constituer une gêne pour ces femmes actives. C’est l’apogée du maillot de bain 2 pièces pratiques et sexy. Côté lingerie, la gaine avec la forme telle qu’on la connaît aujourd’hui fait son apparition. Cependant, si le maintien est remarquable, le confort laisse fortement à désirer. Mais avec la fin de la guerre, l’insouciance retrouvée, le désir de plaire et la séduction sont des éléments clés. C’est aussi la décennie qui voit l’essor des crèmes de beauté et du maquillage.

1950 publicité lingeriePublicité pour gaine et soutien-gorge, années 50

Ava Gardner ou Marylin Monroe, avec leurs formes généreuses, incarnent le nouvel idéal.

Ava GardnerAva Gardner

Marylin MonroeMarylin Monroe

1960-1970 : la coexistence de deux types d’icônes

D’un côté, la femme maigre affiche hanches étroites et jambes interminables. Ce type de femme idéale a des airs de baby doll longue et dégingandée à l’instar de Twiggy mannequin star qui popularisa la mini jupe ou Jane Birkin qui rendit sexy la petite poitrine.

TwiggyTwiggy

Jane BirkinJane Birkin

 D’un autre côté, les formes de Brigitte Bardot dans Le mépris ou de Ursula Andress dans James Bond contre Dr No n’en finissent pas d’affoler les hommes et de fasciner les femmes.

BB Le meprisBrigitte Bardot dans Le Mépris (1963)

ursula-andress

Ursula Andress dans James Bond contre Dr No (1963)

Il y a les féministes qui brûlent leurs soutien-gorges et les néo pin-ups.

feministes_canadiennesFéministes canadiennes brûlant leurs soutien-gorges.

1960 publicité lingerie Publicité de lingerie, années 60

Années 80-90 : athlétique ou héroïne chic

La femme svelte, athlétique, en forme et en formes a le vent en poupe. Bronzée, elle multiplie les activités de plein air et renoue avec la poitrine généreuse. Cindy Crawford ou Claudia Schiffer en sont de parfaites illustrations.

Cindy CrawfordCindy Crawford

Claudia Shiffer

Claudia Schiffer

À côté, coexiste les « heroïnes chics » à la maigreur, parfois extrême qui affichent des traits angulaires, une pâleur maladive et un squelette fin. Kate Moss en est la figure de proue.

Kate_Moss_Calvin_KleinKate Moss, la brindille

Les années 2000, healthy à tout prix !

Ce n’est plus deux mais trois types de femmes qui sont aujourd’hui mises an avant et qui reflètent mieux la diversité des corps : les femmes maigres, les femmes dans la moyenne et les femmes rondes.

Toutes ont cependant le même désir : optimiser leur silhouette et arborer un corps sain. La femme idéale reprend des couleurs, le corps doit être tonique, ferme, musclé et peu importe le nombre d’heures passées à s’entraîner.

Le corps sain est glorifié sans qu’un modèle l’emporte. Plusieurs types d’icônes émergent qui frappent par leur diversité. La poitrine généreuse et la taille de guêpe de Dita von Teese, le corps mince élancé avec une petite poitrine de Gwyneth Paltrow, le corps athlétique de Gisele Bündchen, les femmes plus rondes comme Amy Schumer ou toutes ces inconnues qui dévoilent leurs courbes sur Instagram.

dita-von-teese-lingerieDita von Teese

gwyneth-paltrow

Gwyneth Paltrow

Gisele-BundchenGisele Bündchen

Amy SchumerAmy Schumer

femmes rondes Insta

femmes rondes Insta

Femmes rondes sur Instagram

Notre époque semble enfin comprendre que l’essentiel est d’être en forme et de se sentir bien dans son corps quelle que soit sa morphologie. Si un soin particulier apporté à son alimentation et la pratique régulière d’un sport sont des alliés précieux, les sous-vêtements sculptants permettent aussi d’optimiser au mieux sa silhouette. Et parce qu’aujourd’hui personne ne veut sacrifier son confort sur l’autel de la beauté, les textures et coupes garantissent un maintien parfait avec une liberté de mouvement total et un bien-aller qui permet de les porter au quotidien.

Panty gainant MiraclesuitPanty gainant Miraclesuit

Et si finalement après des années de diktat de la mode nous avions trouvé le seul idéal de beauté qui vaille la peine d’être suivi : se sentir bien, se sentir belle, quelle que soit sa morphologie ?